Ponts Thermiques : Définitions et valeurs par défaut

mercredi 31 décembre 2014
par  EcoEnergieTech, vue_redacteur
popularité : 3%

JPEG - 51.6 ko
Les principes de la méthode de calcul des ponts thermiques et leurs valeurs par défaut sont directement issus de : NF EN ISO 10211, ponts thermiques dans le bâtiment - Calculs détaillés.

Les déperditions à travers les ponts thermiques linéaires se calculent en pondérant les coefficients linéiques (valeurs par défaut) par leurs linéaires correspondant déterminés à partir des dimensions intérieures des locaux.

Les déperditions à travers les ponts thermiques ponctuels se calculent en pondérant les coefficients ponctuels par leurs nombres respectifs.


1. Définition du pont thermique :

Un pont thermique = partie de l’enveloppe du bâtiment où la résistance thermique, par ailleurs uniforme, est modifiée de façon sensible par :

- a) la pénétration totale ou partielle de l’enveloppe du bâtiment par des matériaux ayant une conductivité thermique différente. Par exemple : systèmes d’attaches métalliques qui traversent une couche isolante ;

- b) un changement local de l’épaisseur des matériaux de la paroi ;

- c) une différence entre les surfaces intérieures et extérieures (cas des liaisons entre les parois)

Les ponts thermiques entraînent des déperditions supplémentaires qui peuvent dépasser, pour certains bâtiments, 40 % des déperditions thermiques totales à travers l’enveloppe.

Un autre effet néfaste des ponts thermiques, souvent négligé, est le risque de condensations superficielles côté intérieur.

La norme NF EN ISO 10211 décrit la méthode de calcul des ponts thermiques et des températures superficielles intérieures.


2. Types de ponts thermiques :

Il existe principalement 2 types de ponts thermiques :

- 1) Les ponts thermiques linéaires ou 2D caractérisés par un coefficient linéique Y exprimé en W/m.K (exemple : liaison en partie courante entre un plancher et un mur extérieur). La déperdition W/K à travers un pont thermique linéaire se calcule en multipliant le coefficient linéique par son linéaire exprimé en mètre.

- 2) Les ponts thermiques ponctuels ou 3D caractérisés par un coefficient ponctuel X exprimé en W/K (exemple : liaison entre un plancher et 2 murs perpendiculaires de façade). Le coefficient ponctuel exprime la déperdition en W/K à travers le pont thermique en question.


3. Valeurs par défaut :

Cet article vous donne les valeurs par défaut du coefficient linéique Y des liaisons les plus courantes entre deux ou plusieurs parois du bâtiment. Il s’agit d’un catalogue simplifié de valeurs par défaut qui permet de trouver rapidement la valeur Y du pont thermique pour les détails les plus courants.

Ces valeurs ont été déterminées conformément à la norme NF EN ISO 10211 qui décrit la méthode de calcul des ponts thermiques et des températures superficielles intérieures.

Un parallèle est fait entre les valeurs utilisées dans la réglementation des bâtiments neufs, Th-U bât et existants, Th-U Ex. Les valeurs par défaut seront données pour les deux cas de figure.En effet, pour l’application de la réglementation thermique des bâtiments existants, il est recommandé d’avoir à disposition les règles Th-bât établies pour les bâtiments neufs. Pourquoi ? Certaines valeurs, méthodes ou techniques constructives sont communes aux bâtiments neufs et existants. Les règles Th-U Ex (bâtiments existants achevés après 1948) renvoient au besoin, aux règles Th-U pour les bâtiments neufs.

Parmi les détails constructifs courants, on peut distinguer 5 familles différentes :

- Liaisons courantes avec un plancher bas : il s’agit de liaisons entre un plancher bas et les autres parois du bâtiment. Elles peuvent être soit des liaisons périphériques soit des liaisons intermédiaires.
- Liaisons courantes avec un plancher intermédiaire : il s’agit de liaisons entre un plancher intermédiaire et les autres parois du bâtiment. Ces liaisons ne peuvent être que des liaisons périphériques.
- Liaisons courantes avec un plancher haut : il s’agit de liaisons entre un plancher haut et les autres parois du bâtiment. Elles peuvent être soit des liaisons périphériques soit des liaisons intermédiaires.
- Liaisons courantes entre parois verticales : il s’agit de liaisons mur/mur ou mur/refend
- Liaisons courantes entre menuiseries et parois opaques : il s’agit de liaisons entre la menuiseries des fenêtres, portes ou portes fenêtres avec les murs, les refends ou les toitures de l’enveloppe.


Calculatrice des ponts thermiques :

a) - Liaisons courantes avec un plancher bas
a) - 1 - Liaison plancher bas / mur (extérieur)