Parois déperditives, le métré : quelles dimensions prendre ? Quelles parois considérer ?

mardi 18 février 2014
par  EcoEnergieTech
popularité : 9%

Dimensions :

Seules les dimensions intérieures doivent être utilisées pour le calcul des déperditions.
Ne sont pris en compte que les parties des parois ayant deux faces, l’une intérieure et l’autre, soit extérieure soit dans un local non chauffé, soit en contact avec le sol, en regard l’une de l’autre.

Exemple :
PNG - 5.6 ko

Rappel : A = surface (m²) ; i = intérieur ; Ai = surface intérieure (m²)

On ne tient pas compte des cloisons légères verticales qui n’altèrent pas la résistance thermique des parois de l’enveloppe.

Exemple :
PNG - 4.6 ko

En cas de plancher bas en liaison avec un refend et/ou une poutre à retombée, il faut prendre les dimensions de part et d’autres.

Exemple :
PNG - 4.9 ko

La dimension intérieure d’une paroi verticale doit inclure les épaisseurs des aménagements intérieurs (faux plafond, plancher technique...) si la résistance de la paroi est conservée dans la partie aménagée. Sinon la dimension intérieure doit s’arrêter au niveau des aménagements.


Parois déperditives :

Les parois déperditives à prendre en compte pour les calculs sont les parois opaques, vitrées ou translucides séparant le local chauffé :

- de l’extérieur
- du sol
- des locaux non chauffés.

Ne sont pas pris en compte pour le calcul des déperditions thermiques :

- les parois donnant sur d’autres locaux chauffés ou considérés comme tel (chauffés à plus de 12°C en période d’occupation)
- les parois donnant sur des circulations communes intérieures considérées comme faisant partie du volume non chauffé du bâtiment lorsque la totalité de ces parois sont isolées (cages d’ascenseur par exemple)
- les vitrines.