2.Le point d’ébullition d’un liquide

jeudi 30 janvier 2014
par  EcoEnergieTech
popularité : 11%

Les fluides frigorigènes ont la particularité d’avoir, sous la pression atmosphérique, une température d’ébullition très faible.

C’est grâce à cette propriété que l’évaporateur pourra pomper les calories d’un milieu froid.

Par exemple, diagramme Enthalpique (ou Mollier) - R22 :
PNG - 82.2 ko
A pression atmosphérique, 1 bar. Si on prend du R22 à une température de -50°C (état liquide du fluide, point A sur le diagramme Enthalpique) et qu’on prend un briquet et qu’on commence à le chauffer, ce dernier va emmagasiner l’énergie (J/kg, axe des abscisses). Quand le fluide aura atteint -40,8°C (point B), ce dernier va commencer à bouillir (état de vapeur saturante : on trouve le fluide à l’état gazeux et à l’état liquide). Au delà de cette température, le fluide sera en 100% vapeur (point C). -40,8°C correspond au point d’ébullition du R22 à pression atmosphérique.

Par exemple, diagramme Enthalpique - EAU :
PNG - 30.9 ko
A pression atmosphérique (1 bar), si on prend de l’eau à une température de -50°C (état solide du fluide) et qu’on prend un briquet et qu’on commence à la chauffer, l’eau va emmagasiner de l’énergie et c’est seulement à partir de 100°C qu’elle va commencer à bouillir. +100°C correspond au point d’ébullition de l’eau à pression atmosphérique. .

Autre exemple : l’eau à 50° sous 0,05 bar est à l’état gazeux.
PNG - 40.9 ko

Par exemple, diagramme Enthalpique - R134A :
PNG - 54.9 ko
Point d’ébullition du R134a : -26,4 °C

Ci-dessous, les points d’ébullition de quelques fluides frigorigènes :
PNG - 40.5 ko

On comprend donc la particularité très intéressante de ces fluides frigorigènes. Pour peu d’énergie apportée, ces fluides auront la capacité de s’évaporer rapidement. Il devient ainsi possible de récupérer facilement des calories d’une source froide (par échangeur, évaporateur, sur air extérieur en hiver par exemple). En parallèle, par exemple, si on met de l’eau dans une source froide, elle ne s’évaporera jamais.

En somme, plus on augmente la pression d’un fluide et plus la température à laquelle il va bouillir sera importante et vice versa.


Commentaires  (fermé)